• Côte d’Ivoire: 10 ans après la crise post-électorale, Alassane Ouattara reçoit Laurent Gbagbo
  • MR JEAN BONIN EST NOTRE INVITÉ – SAMEDI 17 JUILLET 2021 – A PARTIR 15H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 – TOUS LES JEUDIS A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • WATCH DEMOCRACY GROW EVENT : JOIN US AS WE CELEBRATE JULY 4TH
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Émission Heure De Vérité – Invité exceptionnel Pr Albert ONDO OSSA. Ce dimanche 27 juin 2021 dès 19H GMT…
  • Radio AFRIQUE 2050 – Emission Regards2050 de ce Jeudi 1er Juillet 2021 à 21h00 Eastern Time (21h Montréal, 20h Texas, 3h de Paris) – L’INVITÉ : ANGE OLIVIER GRAH
  • Mme Pulchérie Gbalet, présidente de l’organisation Alternative citoyenne ivoirienne (ACI) est l’invitée de Jacques Roger le Samedi 15 Mai 2021 à partir de 13h GMT
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • AFRIQUE2050 REND HOMMAGE A CHÉRIF DE WASHINGTON AIDARA, CONSEILLER DU 1ER MINISTRE DE LA GUINÉE ET COLLABORATEUR DE JACQUES ROGER
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • USA : le virus frappe plus les femmes de couleur
  • AFRIQUE : 17 pays africains risquent une insécurité alimentaire aiguë due aux conflits, au Covid et à la crise climatique (ONU)
  • GABON : « Biens mal acquis » de la famille Bongo : BNP Paribas admet des « carences » mais pas d’« infraction »
  • MUSIQUE : Mort à 65 ans de Jacob Desvarieux, enfant du rock et père du zouk
  • SEM MAMADOU HAIDARA AMBASSADEUR PLENIPOTENTAIRE DE COTE D’IVOIRE AUX ETATS UNIS D’AMERIQUE EN FIN DE MISSION( 2018-2021)
  • Hydrocarbures: La justice néerlandaise déclare que les parts d’Isabel Dos Santos dans Galp doivent retourner à l’Angola
  • Investissement: Côte d’Ivoire: après S&P, Fitch Ratings confirme la bonne santé de l’économie en relevant la note souveraine à BB-
  • JO 2020 – Tableau des médailles : La Chine en tête, l’Afrique avec une médaille
  • Santé – Côte d’Ivoire : 300 millions $ de la SFI pour faire du pays un véritable « hub médical » en Afrique de l’Ouest
  • FINANCE : Un après Tidjane Thiam difficile pour le Crédit Suisse
  • Aux États-Unis, première peine de prison ferme pour un assaillant du Capitole
  • Diplomatie agricole ivoirienne : L’Ambassadeur Haïdara Mamadou en première ligne
  • Haïti: le Premier ministre intérimaire Claude Joseph quitte ses fonctions
  • Côte d’Ivoire: 473 personnalités inculpées pour détournement
  • EURO 2020 – RASHFORD, SANCHO ET SAKA VICTIMES D’INSULTES RACISTES APRÈS LA FINALE ITALIE-ANGLETERRE
  • DOSSIERS: LA CHARTE DE L’IMPÉRIALISME ou “La Charte de la Servitude”
  • COTE D’IVOIRE : La société de corruption.
  • Simone Gbagbo sort du bois
  • Gbagbo : le drôle de retour au pays natal : Les signaux problématiques de l’ancien numéro un ivoirien

    By in Analyses share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Les signaux problématiques de l’ancien numéro un ivoirien

    Cet édito hebdomadaire est destiné aux abonnés payants de cette newsletter. Mais à titre exceptionnel, ce texte est rendu public. Pour nous donner la force de continuer, abonnez-vous, soutenez-nous.

    Jeudi prochain, cela fera une semaine que l’ancien président ivoirien aura foulé le sol de son pays pour la première fois après dix années terribles : la prison, la réprobation internationale puis l’exil.

    Que peut-on, avec un peu – mais très peu – de recul, tirer comme leçons de ce retour au pays natal ? Premièrement, que la ferveur populaire visible à Abidjan traduit une réalité : l’échec de la stratégie de la « page tournée » et de la construction d’un nouvel ordre politique purgé du « gbagbo-isme » et de tout ce qui y ressemble. La « démocratie des bombes » n’a pas triomphé de la conscience historique de nombre d’Ivoiriens et d’Africains qui, dans le chaos de l’actualité, savent reconnaître la trame d’une revendication têtue : celle de l’affranchissement d’un ordre impérial qui n’en finit pas de se renouveler.

    Double discours

    Gbagbo est rentré. Il a été acclamé. Mais la scénographie du pouvoir d’Abidjan a témoigné d’un double discours qui n’est franchement pas de bon augure. 

    D’un côté, Alassane Ouattara dit que Gbagbo est naturellement bienvenu chez lui – ne faisant en réalité que se conformer à la Constitution qui stipule qu’aucun Ivoirien ne peut être contraint à l’exil. De l’autre, non seulement il n’efface pas une condamnation fantaisiste à 20 ans de prison pour le prétendu « casse » de la BCEAO, mais en plus il fait traîner le processus jusqu’à ce que son rival annonce unilatéralement la date du 17 juin. 

    D’un côté, il affirme les droits de son prédécesseur à une confortable rente viagère. De l’autre, il ne débloque pas son unique compte en banque. 

    D’un côté, le gouvernement « prend acte » du retour de « l’enfant du pays » et de la manière dont il sera organisé. De l’autre, la police brutalise, arrose de gaz lacrymogène, bastonne, blesse et arrête ses partisans afin de briser l’ampleur – et l’effet médiatique – de leur liesse. 

    Gbagbo et Ouattara sont sur le même « terrain ». Et aucun signe ne montre que Ouattara s’en accommodera, en laissant Gbagbo se déplacer accompagné de foules en délire, faire des meetings, peser dans le rapport de forces politique. 

    “Extimité” affichée

    Mais Laurent Gbagbo est-il vraiment revenu au pays pour faire de la politique, c’est-à-dire réunifier son parti dans la perspective des nécessaires batailles pour la démocratisation du pays ? Rien n’est moins sûr. Les signaux qu’il a choisi d’envoyer à l’opinion publique sont en effet terriblement ambigus. L’ancien numéro un ivoirien n’en finit pas d’afficher son “extimité” de manière franchement problématique. Dès le 16 juin, se met en place un feuilleton tournant autour de la “non-désirabilité” à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny de Simone Ehivet Gbagbo – son épouse et dans les faits la première vice-présidente de son parti. 

    Puis, le 17 juin, ceux qui attendaient des images fortes et un message politique puissant ont eu droit à un gigantesque chaos dont le seul message audible était la “titularisation” officielle de celle qui était depuis plus d’une décennie “la femme cachée”. 

    Le 20 juin, Laurent Gbagbo et le cardinal Jean-Pierre Kutwa mettent en scène – après avoir pris le soin d’inviter la presse, nationale et internationale – le retour du premier cité à l’église catholique et son désaveu des églises évangéliques avec lesquelles il avait longtemps cheminé aux côtés de… Simone Ehivet Gbagbo. 

    Et le 21 juin, Claude Mentenon, l’avocat de Laurent Gbagbo, annonce dans un communiqué massivement diffusé avoir saisi la justice ivoirienne en vue d’un divorce suite au “refus réitéré depuis des années de Simone Ehivet de consentir à une séparation amiable”. Drôle de sens de priorités, alors même que des dizaines de jeunes venus participer à l’accueil historique du 17 juin sont toujours dans les liens de la détention, que les blessés sont nombreux – certains étant même, selon des sources proches du comité d’organisation, dans le coma.

    Humiliations

    Encore plus spécieux : si l’on met bout à bout les signaux envoyés par l’ancien numéro un ivoirien, on en finit par en conclure qu’il fait sien le narratif franco-ouattariste de 2010-2011, selon lequel s’il s’est “entêté” à faire front jusqu’au 11 avril de sinistre mémoire, c’est parce qu’il a été induit en erreur par “Simone et ses évangéliques”. L’humiliation dont l’ancienne présidente du groupe parlementaire du Front populaire ivoirien a été victime après avoir été livrée aux hordes rebelles il y a dix ans et l’humiliation actuelle semblent curieusement converger. Et c’est cet empilement de symboles explicites qui rend grotesque la défense des “inconditionnels” – lesquels en appellent au respect d’une “vie privée” pourtant exposée de manière fort peu élégante par Laurent Gbagbo himself.

    Bilan de ces premiers “jours d’après” : là où ils attendaient des actes forts ouvrant la voie à la réunification des différentes tendances du Front populaire ivoirien, les observateurs en sont à s’interroger sur l’éventualité d’un troisième schisme, après ceux de Mamadou Koulibaly et de Pascal Affi N’Guessan.

    Pour le parti à la rose, c’est catastrophique.

    Théophile Kouamouo
    Tags:
    Recommended posts