• Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050 – invités exceptionnels: M. Bernard Houdin (Paris), M. Pascal Rendu (Moscou) et M. Bruno Ben Moubamba (Moscou) seront nos invités – Ce dimanche 9 mai 2021 dès 20h (Paris), 14H (New-York).
  • L’invité de Radio PDCIRDA et Afrique2050: MR MAURICE GUIKAHUÉ ÉTAIT NOTRE INVITÉ LE 29 AOÛT 2013 REDIFFUSION CE VEN 07 MAI 2021 – 18H30 GMT – 12H30 New York
  • TRIBUNE : “Papa, l’amour de ma vie” Mariama Sako Konaté
  • L’invité de Radio PDCIRDA et Afrique2050: Mr Ahouman Gaël Lakpa porte-parole du cri-panafricain est notre invité – Ce Mer 5 Mai 2021 à 18H30 GMT – 12H30 New York
  • Rendez-vous Médiatique – Dr Franck Ditengou (Fribourg, Allemagne) sera notre invité – Ce dimanche 2 mai 2021 à 22h (Paris), 16H (New-York),
  • Radio afrique2050 – Émission Regards2050 de ce Jeudi 29 Avril 2021 à 21h00 heure de New York (21h Montréal, 20h Texas, 01h d’Abidjan)
  • Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050: Le Dr Bruno Imhotep Ben Moubamba sera notre invité – Ce dim 25 avril mars 2021 à 21h (Paris), 15H (New-York)
  • Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050: Pr Daniel Mengara (News Jersey États-Unis) sera notre invité – Ce jeudi 22 avril mars 2021 à 22h (Paris), 16H (New-York)
  • INVITÉ DE LA RADIO: SEM Kerfalla Yansané Ambassadeur de Guinée aux États-Unis est notre invité – Jeudi 22 Avril 2021
  • Il s’appelait Ben Soumahoro … Vendredi 23 avril 2021 a partir de 19H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 – TOUS LES JEUDIS A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • ONU 65ème Session de la Commission de la Condition de la Femme ONG CSW65 Forum Virtuel
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • AFRIQUE2050 REND HOMMAGE A CHÉRIF DE WASHINGTON AIDARA, CONSEILLER DU 1ER MINISTRE DE LA GUINÉE ET COLLABORATEUR DE JACQUES ROGER
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • Dossier|Scandales pétroliers africains, 1ère épisode : l’affaire du Probo Koala
  • Burkina Faso : Blaise Compaoré a rencontré un membre du gouvernement pour discuter des conditions de son retour
  • Gestion publique Franc CFA : la Banque de France transfère 5 milliards d’euros de réserves de change à la Bceao
  • Economie Guinée : « l’économie a crû de 7% en 2020 » malgré la crise sanitaire (FMI)
  • Economie : Le Gabon cumule une perte de 2785 milliards FCFA en 10 ans de commerce avec la France (exclusif)
  • Covid-19 : Situation catastrophique en Inde
  • Procès du bombardement de Bouaké et d’Amadé Ouérémi : le triomphe de l’impunité
  • Economie: Le Sénégal obtient un accord préliminaire avec le FMI pour une aide de 650 millions $
  • Gouvernance économique: La Côte d’Ivoire fait partie des pays ayant le plus tiré la dette des marchés frontières vers le haut en 2020
  • Sécurité – La Côte d’Ivoire est le pays d’Afrique francophone qui a effectué le plus de dépenses militaires en 2020 (classement)
  • ETATS UNIS : Quel est le bilan de Joe Biden après 100 jours à la Maison Blanche ?
  • ÉCONOMIE: La gouvernement ivoirien a décidé d’accorder 20% des achats de contrats d’exportation des multinationales à ses nationaux
  • Texte de l’Accord de Linas-Marcoussis
  • TCHAD : MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT DU CONSEIL MILITAIRE DE TRANSITION MAHAMAT IDRISS DEBY
  • SOCIÉTÉ – COTE D’IVOIRE: « 96% des occupants du Mont Péko sont d’origine étrangère », selon un rapport du gouvernement ivoirien

    By in Les Grands Dossiers share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Publié le mercredi 13 novembre 2013  |  APA

    Le comité interministériel crée pour enquêter sur la situation dans la forêt classée du Mont Péko (800kms à l’Ouest) après l’arrestation de l’ex-combattant Amadé Ouérémi qui y régnait en maître, a restitué, mardi, ses conclusions estimant que « 96% des personnes » vivant illégalement dans cette forêt sont d’origine étrangère.

    Six mois après l’arrestation de Ouédraogo Remi dit Amadé Ouérémi, le « roi »’ de cette forêt classée du Mont Péko, à l’extrême ouest , le gouvernement ivoirien a fait la lumière sur la situation de cette partie de la Côte d’ivoire dont le contrôle échappait à l’Etat depuis l’arrivée dans la zone d’Amadé Ouérémi en 2003.

    C’est le Directeur général de l’Autorité de désarmement, démobilisation et réinsertion (Addr), Fidèle Sarassoro, en sa qualité de rapporteur du comité interministériel qui a rendu publiques les conclusions de l’enquête diligentée, en présence des Ministres d’Etat Hamed Bakayoko et Moussa Dosso et de diplomates.

    « Le recensement fait dans le Mont Péko indique que la population totale qui y vivait était de 27045 personnes soit une moyenne de 4 personnes par ménage avec 6715 ménages. Depuis l’arrestation d’Amadé Ouérémi, aucun affrontement entre populations allochtones, allogènes et autochtones n’a été signalé », a annoncé Fidèle Sarassoro.

    « 4% des occupants de ce parc sont d’origine ivoirienne et 96% d’origine étrangère avec une prédominance de Burkinabé estimé à 99% de la population étrangère » a-t-il précisé indiquant que
    la quasi-totalité des personnes vivant dans le parc, a accepté de « partir à la fin de leurs récoltes prévues pour la fin décembre ».

    Par ailleurs, le rapporteur a précisé que l’âge des 13 515 enfants vivant dans le parc varie entre 10 et 18 ans et sont utilisés comme « travailleurs agricoles » et 10 031 enfants de 0 à 10 ans ne sont ni « scolarisés ni vaccinés en violations flagrantes de leur droit à l’éducation », selon M. Sarassoro.

    Toutefois, le rapport a recommandé la mise sur pied d’un « groupe de travail » pour élaborer un « plan d’actions » à court, moyen et long termes prenant en compte « la cohésion sociale, la destruction des cultures de rente (café, cacao, hévéa), la scolarisation, le rapatriement et l’évacuation volontaire, la réunification familiale des enfants non accompagnés, le soutien aux familles et communautés d’accueil, et la vaccination ».

    Amadé Ouérémi, le « maître »’ des lieux fait l’objet de poursuites judiciaires et gardé « au secret » à Abidjan depuis son arrestation en mai 2013.

    Ses hommes, estimés à environ une centaine ont été désarmés et ne constituent plus de menace, selon le patron de l’Addr, Fidèle Sarassoro.

    6 mois après l’arrestation d’Amadé Ouéremi / Les résultats de l’enquête sur l’occupation du Mont Péko livrés, hier : Le ministre d’Etat Hamed Bakayoko dégage les vrais enjeux et les attentes nouvelles des autorités

    Publié le mercredi 13 novembre 2013  |  L’intelligent d’Abidjan

    L’enquête ordonnée par le gouvernement ivoirien sur la situation qui prévaut dans la forêt classée du Mont Péko et ses périphéries après l’arrestation d’Amadé Ouéremi a livré ses conclusions le mercredi 12 novembre 2013 au district d’Abidjan, Plateau. Restituée par le Directeur de l’Addr, Fidèle Sarrassoro, l’enquête révèle que l’arrestation d’Amadé Ouéremi n’a crée aucun incident majeur dans la zone. 6715 ménages ont été recensés dans la forêt classée du Mont Péko. Les résultats montrent que le parc est occupé par 54 % de nationaux, 46% de non nationaux dont des Burkinabé. Cette dernière frange représente 99% du vivier des squatters du mont Peko. La situation des enfants est plus préoccupante, car ils représentent 50% de la population dans le parc ; ils constituent le principal vivier de la main d’œuvre. Ils ne sont ni déclarés, ni scolarisés et ne sont non plus vaccinés. Le Directeur de l’Addr affirme qu’une grande partie du Parc est cultivée. Les cultures de rentes, concernent le Cacao, le Café, l’hévéa. « La quasi-totalité des ménages vivant dans le parc accepte de quitter le parc mais demande un délai de grâce jusqu’en décembre 2013 avant de quitter les lieux, après les cueillettes et saignées », souligne le directeur de l’Adrr. Concernant les ex-combattants d’Amadé Ouéremi, le directeur de l’Addr affirme que ceux-ci constituent en réalité, les éléments de la garde rapprochée de la famille d’Amadé Ouéremi. Ils ont été déjà démobilisés et remis à l’Onuci. Aujourd’hui ils ne constituent plus une menace et ils sont prêts à retourner sur leurs lieux d’origine. Apres la restitution des résultats de l’enquête, un court moment d’échanges a eu lieu entre la délégation gouvernementale, les ambassadeurs et les partenaires au développement présents. A la fin des échanges, le ministre d’Etat, ministtre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko qui n’a pas voulu s’attarder sur la question d’Amadé Ouéremi, a précisé que la priorité demeurait le règlement de la situation qui prévalait dans la forêt classée du Mont Péko : « Amadé Ouéremi a fait l’objet d’un processus judiciaire qui reste en cours. Nous devons préserver la forêt classée du Mont Péko. Le Mont Péko est classé parc national. La gestion de cette question doit respecter certaines contraintes humanitaires, liées aux droits de l’enfance et de l’Homme. Pour aborder une telle question, nous devions au préalable sensibiliser nos partenaires techniques. Ensuite, à travers un groupe de travail, mettre ensemble nos compétences pour élaborer un plan d’action à court et long terme. Nous avons donc convenu que rapidement ce groupe de travail soit mis en place et que des conclusions soit proposées dans des délais très bref».

    S.M


    Tags:
    Recommended posts