• Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050 – invités exceptionnels: M. Bernard Houdin (Paris), M. Pascal Rendu (Moscou) et M. Bruno Ben Moubamba (Moscou) seront nos invités – Ce dimanche 9 mai 2021 dès 20h (Paris), 14H (New-York).
  • L’invité de Radio PDCIRDA et Afrique2050: MR MAURICE GUIKAHUÉ ÉTAIT NOTRE INVITÉ LE 29 AOÛT 2013 REDIFFUSION CE VEN 07 MAI 2021 – 18H30 GMT – 12H30 New York
  • TRIBUNE : “Papa, l’amour de ma vie” Mariama Sako Konaté
  • L’invité de Radio PDCIRDA et Afrique2050: Mr Ahouman Gaël Lakpa porte-parole du cri-panafricain est notre invité – Ce Mer 5 Mai 2021 à 18H30 GMT – 12H30 New York
  • Rendez-vous Médiatique – Dr Franck Ditengou (Fribourg, Allemagne) sera notre invité – Ce dimanche 2 mai 2021 à 22h (Paris), 16H (New-York),
  • Radio afrique2050 – Émission Regards2050 de ce Jeudi 29 Avril 2021 à 21h00 heure de New York (21h Montréal, 20h Texas, 01h d’Abidjan)
  • Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050: Le Dr Bruno Imhotep Ben Moubamba sera notre invité – Ce dim 25 avril mars 2021 à 21h (Paris), 15H (New-York)
  • Rendez-vous Médiatique – Émission l’heure de vérité d’Afrique 2050: Pr Daniel Mengara (News Jersey États-Unis) sera notre invité – Ce jeudi 22 avril mars 2021 à 22h (Paris), 16H (New-York)
  • INVITÉ DE LA RADIO: SEM Kerfalla Yansané Ambassadeur de Guinée aux États-Unis est notre invité – Jeudi 22 Avril 2021
  • Il s’appelait Ben Soumahoro … Vendredi 23 avril 2021 a partir de 19H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 – TOUS LES JEUDIS A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • ONU 65ème Session de la Commission de la Condition de la Femme ONG CSW65 Forum Virtuel
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • AFRIQUE2050 REND HOMMAGE A CHÉRIF DE WASHINGTON AIDARA, CONSEILLER DU 1ER MINISTRE DE LA GUINÉE ET COLLABORATEUR DE JACQUES ROGER
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • Dossier|Scandales pétroliers africains, 1ère épisode : l’affaire du Probo Koala
  • Burkina Faso : Blaise Compaoré a rencontré un membre du gouvernement pour discuter des conditions de son retour
  • Gestion publique Franc CFA : la Banque de France transfère 5 milliards d’euros de réserves de change à la Bceao
  • Economie Guinée : « l’économie a crû de 7% en 2020 » malgré la crise sanitaire (FMI)
  • Economie : Le Gabon cumule une perte de 2785 milliards FCFA en 10 ans de commerce avec la France (exclusif)
  • Covid-19 : Situation catastrophique en Inde
  • Procès du bombardement de Bouaké et d’Amadé Ouérémi : le triomphe de l’impunité
  • Economie: Le Sénégal obtient un accord préliminaire avec le FMI pour une aide de 650 millions $
  • Gouvernance économique: La Côte d’Ivoire fait partie des pays ayant le plus tiré la dette des marchés frontières vers le haut en 2020
  • Sécurité – La Côte d’Ivoire est le pays d’Afrique francophone qui a effectué le plus de dépenses militaires en 2020 (classement)
  • ETATS UNIS : Quel est le bilan de Joe Biden après 100 jours à la Maison Blanche ?
  • ÉCONOMIE: La gouvernement ivoirien a décidé d’accorder 20% des achats de contrats d’exportation des multinationales à ses nationaux
  • Texte de l’Accord de Linas-Marcoussis
  • TCHAD : MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT DU CONSEIL MILITAIRE DE TRANSITION MAHAMAT IDRISS DEBY
  • Covid-19 : confiner l’Afrique, mission impossible

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Sur un continent où le secteur informel domine, le confinement intégral aurait des conséquences économiques, politiques et sociales fâcheuses.

    Par Le Point Afrique Publié le 30/03/2020| Le Point.fr 

    Dans une grande majorite des pays d'Afrique, c'est surtout pour des raisons economiques que le confinement de la population est difficile a imposer.
    Dans une grande majorité des pays d’Afrique, c’est surtout pour des raisons économiques que le confinement de la population est difficile à imposer.   © AFP

    Confiner plus de 20 millions d’habitants, tel est l’objectif des autorités nigérianes pour les deux prochaines semaines. Dimanche soir, le président Muhammadu Buhari a en effet déclaré le confinement total d’Abuja, la capitale fédérale, et de Lagos, la plus grande ville du pays. « Tous les habitants de ces États doivent rester à la maison. Les voyages dans d’autres États doivent être annulés. Tous les magasins dans ces deux villes doivent être fermés », a ordonné le président. Si « les commerces alimentaires, les stations d’essence, les compagnies de distribution d’électricité et les compagnies de sécurité » sont exemptés, leur « accès sera très restreint et surveillé », a-t-il prévenu. « Nous savons que ces mesures vont causer beaucoup de difficultés […], mais c’est une question de vie ou de mort. » Dimanche soir, le nombre de cas confirmés au Covid-19 s’élevait à 97. Mais ce nombre pourrait « exploser » avec les tests de dépistage programmés cette semaine, avait fait savoir le ministre de l’Information, Lai Mohammed, jeudi.

    Muhammadu Buhari@MBuhari · 29 mars 2020En réponse à @MBuhari

    We are therefore working to ensure such inter state and intercity movements are restricted to prevent further spread.

    Muhammadu Buhari@MBuhari

    Based on the advice of the Federal Ministry of Health and the NCDC, I am directing the cessation of all movements in Lagos and the FCT for an initial period of 14 days with effect from 11pm on Monday, 30th March 2020.88214:10 – 29 mars 2020Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité912 personnes parlent à ce sujet

    Lire aussi : Coronavirus et cours du pétrole mettent le Nigeria sous pression

    La réalité de l’informel…

    La menace d’une propagation du coronavirus est bien réelle au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique. Mais le confinement de la population, réponse privilégiée dans de nombreux pays du monde, est-il adapté à l’Afrique ? Car, sur le continent, où la majorité de la population vit avec moins de deux dollars par jour, le poids de l’économie informelle est considérable. En 2018, le secteur employait 85,8 % des emplois, d’après une étude de l’Organisation internationale du travail (OIT). Dans ce contexte, difficile donc de demander aux Africains de rester chez eux. Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont été, malgré elles, soumises à la réalité du terrain. Mercredi soir, le président Félix Tshisekedi a annoncé le « confinement total intermittent » de la capitale Kinshasa. Celui-ci a été programmé pour démarrer le samedi suivant et durer quatre jours, avant de s’interrompre deux jours et de reprendre, et ce, pendant trois semaines. Objectif : permettre aux habitants de s’approvisionner dans l’intervalle.

    … pèse lourdement sur l’approche du confinement par les populations

    Les réactions des Kinois aux annonces du chef de l’État ont été immédiates. La population s’est ruée sur les marchés. Sur Twitter, le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha) a fait part de son inquiétude : « Le seul résultat auquel cela peut aboutir est une catastrophe humanitaire ou des émeutes » dans une mégalopole où l’eau courante et l’électricité manquent. Vendredi, le gouvernement a pris conscience de la situation et a rétropédalé. Résultat : annulation de la mesure.

    « À Kinshasa, 90 % de la population vit grâce au secteur informel », explique sur la chaîne belge RTBFArnaud Zacharie, secrétaire général du CNCD-11.11.11, le Centre national de coopération au développement. « Ça veut dire que la toute grande majorité des habitants n’a pas d’emploi formel avec un salaire qui tombe chaque mois pour pouvoir s’alimenter. Donc, chaque jour, 90 % de la population kinoise doit sortir dans la rue pour nourrir sa famille le soir. »

    Lire aussi : L’Afrique face au Covid-19 : l’informel marocain indemnisé ?

    Ce qui est vrai pour la RD est vrai ailleurs

    Un tissu économique et social que l’on retrouve dans une majorité des mégalopoles du continent. Et qui explique que seules les économies les plus riches du continent ont pris des mesures de confinement total, à l’image du Rwanda, de la Tunisie, de Maurice, du Maroc et de l’Afrique du Sud. Et, même là, l’application de la mesure reste difficile. Si les banlieues cossues des deux principales villes d’Afrique du Sud, Johannesburg et Le Cap, sont restées largement vides, leurs townships pauvres et surpeuplés ont largement ignoré les consignes, se ruant dans les supermarchés, ont constaté des journalistes de l’AFP. Dans le quartier déshérité de Hillbrow, par exemple, au centre de Johannesburg, la police a dispersé plus d’une centaine de personnes qui piétinaient devant un magasin.

    Des solutions variées pour s’adapter aux contextes locaux

    Pour éviter ces scènes, propices à la propagation du Covid-19, le président béninois Patrice Talon a renoncé à confiner les habitants. « Les pays riches débloquent des sommes faramineuses et certains ont même recours à des solutions monétaires à peine déguisées, voire la planche à billets pour prévenir le chaos socio-économique inévitable autrement », a-t-il déclaré dimanche matin dans une allocution télévisée. Le Bénin « n’a pas les moyens […] d’accompagner les réductions de mobilité ou les confinements ». « Si nous prenons des mesures qui affament tout le monde, elles finiront très vite par être bravées et bafouées », a-t-il ajouté.

    Au confinement choisi par le voisin nigérian, le chef d’État béninois a donc préféré un « cordon sanitaire » autour de huit grandes zones urbaines et de la capitale Cotonou. Depuis le 22 et le 23 mars, les établissements scolaires et les lieux de culte sont fermés – après une manifestation des étudiants de l’université d’Abomey-Calavi qui réclamaient la fermeture de leur établissement – et les transports en commun, suspendus à partir du 30 mars. Des mesures moins restrictives, mais plus adaptées à la situation. Pour le cabinet de conseil économique international NKC African Economics, « l’impossibilité d’imposer des quarantaines totales dans les bidonvilles ou dans les quartiers défavorisés signifie que cela ne sera pas une option en Afrique ». « Une mauvaise gestion de la situation pourrait entraîner un coût en vies humaines bien plus important que les pertes économiques », prévient même l’étude publiée cette semaine.

    Lire aussi : Covid-19 : cette distanciation sociale si compliquée à vivre au Sénégal

    Pour épargner les habitants d’un confinement aux conséquences dramatiques, plusieurs pays africains se sont donc tournés vers d’autres solutions. Le Sénégal, la Côte d’Ivoire ou encore le Kenya lui ont préféré le couvre-feu, sorte de confinement partiel, en complément de mesures de distanciation sociale. D’autres ont décrété une mise en quarantaine de grandes villes, bombes à retardement des épidémies. Au Burkina Faso, durant deux semaines, personne ne rentre ni ne sort de la capitale Ouagadougou. Même situation à Abidjan où les déplacements vers le reste du pays sont désormais interdits, sauf dérogations. Si l’Afrique ne peut se payer « le luxe » de confiner sa population, d’autres solutions sont donc possibles. Celle du dépistage massif, à l’instar de la Corée du Sud, en est une autre. Reste à savoir si le continent pourra accéder à suffisamment de matériel pour y procéder.

    Consultez notre dossier : Coronavirus chinois : l’épidémie qui inquiète le monde

    LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

    Afrique : « Le droit à la santé est surtout le mur porteur des droits humains »Fred Eboko : « L’Afrique a gardé la mémoire d’Ebola »

    L’Afrique vit sa vie, arrêtons de l’aider

    L’Afrique vit sa vie, à son rythme, avec la concussion de ses élites au Pouvoir, ses tribalismes, sa nature insensible au planning familial, ses poches de terroristes djihadistes qui mobilisent nos meilleurs militaires : aucune des solutions préconisées par l’occident n’est applicable, c’est un problème culturel… 
    Laissez définitivement l’Afrique qui est maître de son destin depuis 60 ans vivre sa vie ! 
    Et arrêtons définitivement de l’aider, il y va désormais de notre propre survie

    Tags:
    Recommended posts