• Ouattara : son troisième mandat, ses relations avec Gbagbo et Bédié, le RHDP, le cas Soro… Entretien exclusif
  • S.O.S : Aidez Pasteur, Dr Joseph N’Da avec les dépenses d’hôpital
  • AFRIQUE2050 – MR ASSALÉ TIÉMOKO ANTOINE DÉPUTÉ MAIRE DE TIASSALÉ SERA NOTRE INVITÉ – VEN 17 SEPT 2021 – Á PARTIR DE 10H45 (NEW YORK) 14H45 GMT
  • JROGER : MR ALIOU BAH LEADER DU MOUVEMENT DEMOCRATIQUE LIBÉRAL (MoDeL) EST NOTRE INVITÉ – JEUDI 16 SEPTEMBRE 2021 – Á PARTIR DE 18H30 (NEW YORK) 22H30 GMT
  • HOMMAGE SEM MAMADOU HAIDARA AMBASSADEUR PLENIPOTENTAIRE DE COTE D’IVOIRE AUX ETATS UNIS D’AMERIQUE EN FIN DE MISSION( 2018-2021)
  • COUP DÉTAT EN GUINÉE: L’HONORABLE IBRAHIMA ABE SYLLA PRESIDENT DE LA NGR-GUINÉE EST NOTRE INVITÉ MER 08 SEPTEMBRE 2021 A 19H
  • BAH OURY (UDRG) ET DR FAYA MILLIMOUNO (BLOC-LIBÉRAL) GUINÉE SONT NOS INVITÉS – MARDI 07 SEPTEMBRE 2021 – A PARTIR DE 18H (NEW YORK)
  • GUINÉE : L’incertitude règne en Guinée après le renversement du président Alpha Condé
  • RADIO AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 DE CE JEUDI 19 AOUT 2021 A 21H00 EASTERN TIME (21H NEW YORK, 20H TEXAS, 3H DE PARIS)
  • SANTÉ : Les États-Unis envoient 1,2 million de vaccins anti-covid à la Côte d’Ivoire
  • Afghanistan: la conquête éclair des talibans ternit l’image des États-Unis
  • LA FRANCE OU L’HYPOCRISIE DE LA CLASSE POLITIQUE IVOIRIENNE
  • SEM MAMADOU HAIDARA AMBASSADEUR PLENIPOTENTAIRE DE COTE D’IVOIRE AUX ETATS UNIS D’AMERIQUE EN FIN DE MISSION( 2018-2021)
  • WATCH DEMOCRACY GROW EVENT : JOIN US AS WE CELEBRATE JULY 4TH
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Émission Heure De Vérité – Invité exceptionnel Pr Albert ONDO OSSA. Ce dimanche 27 juin 2021 dès 19H GMT…
  • Mme Pulchérie Gbalet, présidente de l’organisation Alternative citoyenne ivoirienne (ACI) est l’invitée de Jacques Roger le Samedi 15 Mai 2021 à partir de 13h GMT
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • Le Secrétaire général tire la sonnette d’alarme et dénonce la « situation indécente » d’un « monde au bord du précipice »
  • CÔTE D’IVOIRE : ACTIVITÉS DES PARTIS POLITIQUES : UNG CONGRÈS ORDINAIRE DE L’UNG LE YAKRO 25 SEPTEMBRE 2021 À YAKRO
  • CÔTE D’IVOIRE : ACTIVITÉS DES PARTIS POLITIQUES : UNG CONGRÈS EXTRAORDINAIRE DE L’UNG LE YAKRO 25 SEPTEMBRE 2021 À YAKRO
  • CORRUPTION ET ABUS DE POUVOIR AU SEIN DES FORCES DE L’ORDRE : LE CAS DE MME LATHER RITU
  • COTE D’IVOIRE LE MASSACRE DES GENDARMES À BOUAKÉ EN OCTOBRE 2002
  • Côte d’Ivoire : l’espoir déçu du secteur pétrolier
  • HYDROCARBURES COTE D’IVOIRE : LES FAVEURS FISCALES DES OPÉRATIONS DE RECHERCHE ET EXPLOITATION PÉTROLIÈRES
  • USA : La tempête Ida sème le chaos aux Etats-Unis, au moins 44 morts à New York et aux alentours
  • HYDROCARBURES : Blocs pétroliers Ivoirien
  • Côte d’Ivoire : l’OMS confirme un mauvais diagnostic sur la Guinéenne supposée malade d’Ebola
  • COTE D’IVOIRE: « Découverte majeure » de pétrole et de gaz naturel
  • Afghanistan : quatre questions après la confirmation du retrait des Américains au 31 août
  • Afghanistan : quatre questions après la confirmation du retrait des Américains au 31 août

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Mardi, le président américain Joe Biden a confirmé le retrait de ses troupes d’Afghanistan au 31 août alors que les Européens lui avaient demandé de rester plus longtemps pour permettre d’évacuer plus d’Afghans. Voici quatre questions pour comprendre les conséquences de la décision américaine sur la situation dans le pays. 

    DÉCRYPTAGE

    Après plus de cinq heures de retard, Joe Biden est apparu à la Maison-Blanche pour son allocution sur la situation afghane. Le président américain a alors affirmé que les Etats-Unis se retireraient d’Afghanistan dès le 31 août prochain. Plusieurs pays européens avaient pourtant affirmé quelques heures plus tôt, lors d’un G7 virtuel, que les évacuations des ressortissants et des réfugiés afghans ne pourraient pas être terminées en une semaine. Et la présence américaine est essentielle au bon déroulement des évacuations : les militaires sécurisent l’aéroport de Kaboul. Confronté à un ultimatum des talibans, Joe Biden a fait fi de ses alliés d’outre-Atlantique. Europe 1 décrypte cette décision américaine lourde de conséquences. 

    Qui a choisi la date du 31 août ? 

    Le 46e président des Etats-Unis avait lui-même fixé cette date du 31 août pour le retrait total des forces étrangères, après avoir dans un premier temps évoqué l’échéance fortement symbolique du 11 septembre, vingtième anniversaire des attentats de 2001 à New York et Washington.

    “Nous sommes actuellement sur la voie de terminer d’ici le 31 août” la “mission” visant à “évacuer les gens aussi efficacement et sûrement que possible”, a déclaré Joe Biden. Mais le respect de ce délai “dépend” de la coopération des talibans pour “permettre l’accès à l’aéroport” des candidats au départ, a-t-il prévenu, les mettant en garde contre toute “entrave” à ces opérations difficiles. Joe Biden a ainsi précisé avoir “demandé au Pentagone et au département d’Etat des plans d’urgence pour ajuster le calendrier si cela devait être nécessaire”. 

    Avant l’annonce du président américain, les talibans avaient énergiquement répété leur opposition “ferme” à toute extension des évacuations au-delà du 31 août, présentée la veille comme une “ligne rouge”. Lors d’une conférence de presse, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a sermonné les Occidentaux, accusé de vider le pays de ses forces vives en évacuant les Afghans qui ont travaillé avec eux, souvent parmi les plus qualifiés. “Nous leur demandons d’arrêter cela. Ce pays a besoin de son expertise”, a-t-il insisté.

    Pourquoi les Etats-Unis ne laissent-ils pas de délai supplémentaire ?

    Joe Biden a invoqué mardi le “risque grave et croissant d’une attaque” du groupe jihadiste Etat islamique. “Chaque jour d’opérations apporte un risque supplémentaire pour nos troupes” de la part de cette organisation qui “cherche à viser l’aéroport et attaquer les forces américaines et alliées ainsi que les civils innocents”, a-t-il martelé.

    “Plus tôt, nous aurons terminé, mieux ce sera. Nous savons que le groupe Etat islamique cherche à viser l’aéroport pour attaquer les forces américaines alliées et des civils innocents”, a poursuivi le président américain. Selon lui, Washington a déjà contribué à l’évacuation de 70.700 personnes, dont 4.000 ressortissants américains, depuis la mise en place du pont aérien le 14 août, veille de l’entrée des talibans dans Kaboul et de leur prise du pouvoir.

    En ce qui concerne la France, plusieurs acteurs de premier plan de l’opération d’évacuation considèrent que le pays a honoré sa mission. Plus de 1.400 Afghans avaient été évacués avant même la prise de Kaboul par les talibans. “Il faut éviter à tout prix qu’on puisse comparer la situation des Afghans avec celle des harkis” pendant la guerre d’Algérie, ont confié ces mêmes sources à Europe 1. 

    Quelles condamnations le G7 a-t-il établies contre les talibans ? 

    “Aucun de nous ne croira les talibans sur parole. Nous les jugerons sur leurs actes”, a affirmé Joe Biden. Le G7 prévient aussi les talibans qu’ils devront “rendre compte de leurs actes pour empêcher le terrorisme et sur les droits humains, en particulier ceux des femmes”. La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits humains, Michelle Bachelet, a déclaré mardi que le respect par les talibans des droits fondamentaux des femmes et des filles serait une “ligne rouge fondamentale”.

    Désormais, le G7 et le renseignement français souhaitent savoir comment vont agir les talibans. Vont-ils se réconcilier avec les combattants de Daesh qu’ils détestent ? Vont-ils s’entendre avec Al-Qaïda ? En clair, il ne faut pas que l’Afghanistan, refuge d’Al-Qaïda avant les attentats du 11-Septembre, redevienne “un havre pour le terrorisme et une source d’attaques terroristes contre d’autres” pays.

    D’après le Washington Post, le directeur de la CIA William Burns a eu un entretien confidentiel lundi à Kaboul avec le cofondateur des talibans, Abdul Ghani Baradar, la plus haute rencontre à ce niveau entre les Etats-Unis et le régime fondamentaliste depuis son retour au pouvoir. Et Joe Biden a estimé que les ex-rebelles avaient jusqu’ici “pris des mesures” pour faciliter les évacuations, même si “la situation est fragile”.

    Quels sont les risques pour les afghans restés dans leur pays ? 

    Les Afghans déterminés coûte que coûte à quitter le pays, dont beaucoup ont travaillé pour l’ancien gouvernement ou avec des étrangers, redoutent que les talibans ne cherchent à se venger et instaurent le même type de régime fondamentaliste et brutal que quand ils étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001. C’est le cas de Mohammad, il a travaillé comme traducteur pour l’armée française. “Les gens comme moi qui ont travaillé longtemps pour les forces françaises, c’est très dangereux en ce moment”, a-t-il confié à Europe 1. Avant d’ajouter : “je suis caché à la maison, je ne peux pas sortir”.

    Ce père de deux enfant s’inquiète pour lui et sa famille. “J’espère que le gouvernement français ne va pas abandonner les Afghans”, a espéré Mohammad. “Les talibans n’ont pas changé”, a affirmé, de son côté, Nilofar Bayat, la capitaine de l’équipe afghane de basket-ball en fauteuil roulant, qui est parvenue à quitter son pays pour se réfugier en Espagne. 

    Hors de Kaboul, dans les campagnes et certaines villes, beaucoup sont soulagés de voir des décennies de guerre prendre fin. Mais les femmes et les minorités ethniques s’inquiètent pour leur sort. Les talibans s’efforcent de se présenter sous un jour plus modéré à la population et à la communauté internationale, mais sans convaincre. Lors de sa conférence de presse, le porte-parole taliban a assuré que les Afghanes employées dans l’administration pourraient retourner au travail “lorsque la sécurité sera assurée”, en ajoutant qu’elles devaient rester chez elles d’ici là.

    Tags:
    Recommended posts