• États-Unis: Joe Biden dévoile un plan limité pour lutter contre la violence armée
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 – TOUS LES JEUDIS A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • Rendez-vous Médiatique : Mme Geneviève LILONG (Guadeloupe) sera notre invitée – Ce dimanche 28 mars 2021 à 21H (Paris), 16H (New-York), 21H GMT.
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Dr Imhotep Vladimir Bruno Ben Moubamba sera notre invité – Ce dimanche 21 mars 2021 à 21H (Paris), 16H (New-York), 21H GMT.
  • ONU 65ème Session de la Commission de la Condition de la Femme ONG CSW65 Forum Virtuel
  • JROGERSHOW : MR BAH OURY LEADER DE L’UDRG (GUINEE) EST NOTRE INVITE – MER 17 MARS 2021 A PARTIR DE 18H30 HEURE (NEW YORK) – 23H30 GMT
  • JROGERSHOW : DR FAYA MILLIMOUNO ( BLOC LIBÉRAL GUINÉE) EST NOTRE INVITÉ – MAR 16 MARS 2021 A PARTIR DE 18H55 HEURE (NEW YORK) – 23H55 GMT
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Mme Alex Dissa (France), Mme Stéphanie Padonou, Mme Geneviève Lilong (Guadeloupe) et Zedna YENO (Montréal) seront nos invitées – Ce dimanche 14 mars 2021 à 20H GMT.
  • COTE D’IVOIRE : Décès d’Hamed Bakayoko, le Premier ministre ivoirien
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Dr Imhotep Vladimir Bruno Ben Moubamba sera notre invité – Ce mercredi 24 Février 2021 à 19H GMT.
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • DR OUSMANE DORÉ LEADER DU MOUVEMENT NATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (MND) EST NOTRE INVITÉ VEN 5 FÉVRIER 2021 A PARTIR DE 19H (NEW YORK)
  • AFRIQUE2050 REND HOMMAGE A CHÉRIF DE WASHINGTON AIDARA, CONSEILLER DU 1ER MINISTRE DE LA GUINÉE ET COLLABORATEUR DE JACQUES ROGER
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • AFRICOM HOMESTEAD EXEMPTION A PHILADELPHIE IMMIGRES, REFUGIES AFRICAINS ET HAITIENS A PHILADELPHIE, CE PROGRAMME VOUS CONCERNE
  • COTE D’IVOIRE: Le président Ouattara déclare que Gbagbo et Blé Goudé «sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire»
  • GUINÉE: EDG suspend le contrat d’achat d’énergie avec la société de Abé Sylla : Plus de 40 employés envoyés en congés techniques
  • CPI: l’affaire Gbagbo, nouveau révélateur des faiblesses du bureau du procureur
  • ETATS UNIS : Incident au Capitole: le suspect et un policier sont décédés
  • Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé demande « pardon aux Ivoiriens » et souhaite « un geste » du gouvernement pour rentrer
  • ÉCONOMIE : Niger, Guinée, Côte d’Ivoire : trio de tête de la reprise pour la Banque mondiale
  • Etats-Unis : le Département d’Etat publie un rapport accablant sur la Guinée…
  • Côte d’Ivoire : la Cour pénale internationale confirme l’acquittement de l’ancien président Laurent Gbagbo
  • Côte d’Ivoire, le procès du massacre de Duékoué entrouvert à Abidjan
  • COTE D’IVOIRE : « Ils les ont tués comme si de rien n’était »
  • DOSSIERS/BURKINA : Contrebande de cigarettes : Appolinaire Compaoré au coeur d’un trafic à la croisée d’intérêts terroristes
  • ÉTATS-UNIS : Géorgie La loi censée rendre les élections plus « sûres » soulève un tollé
  • Congo : Guy-Brice Parfait Kolélas est bien décédé du Covid-19
  • Tanzanie : le lourd héritage de John Magufuli
  • ETATS UNIS : Biden met l’accent sur les vaccins, s’explique sur l’afflux de migrants et se projette en 2024
  • SOCIÉTÉ – COTE D’IVOIRE: « 96% des occupants du Mont Péko sont d’origine étrangère », selon un rapport du gouvernement ivoirien
  • Guinée : Nouvelle gouvernance
  • Présidentielle au Niger : des heurts éclatent, l’opposition clame sa victoire

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    La tension est montée d’un cran, mercredi, au Niger où l’opposition a revendiqué sa victoire à la présidentielle après l’annonce officielle de celle du candidat du pouvoir, Mohamed Bazoum. Cette situation a provoqué des manifestations de mécontentement dans plusieurs villes du pays.

    Le candidat de l’opposition au Niger, Mahamane Ousmane, a revendiqué, mercredi 24 février, la victoire à la présidentielle de dimanche dans un discours reçu par la presse au lendemain de l’annonce officielle des résultats provisoires par la Commission électorale donnant pour vainqueur Mohamed Bazoum, candidat du pouvoir.

    “La compilation des résultats des PV en notre possession à travers nos délégués dans les différents bureaux de vote nous donnent gagnants avec 50,3 % des voix”, a affirmé Mahamane Ousmane depuis son fief de Zinder, dans le sud-est du pays, dans un discours dont une vidéo a été reçue par l’AFP et authentifiée auprès de cadres de son parti.

    L’accès au réseau internet était très réduit mercredi matin dans la capitale Niamey et à Zinder, deuxième ville du pays, sans qu’un lien direct avec la revendication de Mahamane Ousmane puisse être clairement établ

    À Agadez, dans la circonscription de Timia, “le taux de participation de 103 % a été rapporté avec un score de 99 % en faveur du candidat du pouvoir”, a accusé le candidat de l’opposition dans son discours prononcé dans la nuit de mardi à mercredi depuis son fief de Zinder, selon son parti. “Dans ces zones, nos délégués ont été contraints sous la menace d’armes à feu à signer les PV, sans aucune possibilité de porter des observations”, a-t-il affirmé.

    Des heurts dans la capitale

    Cette annonce a été suivie mercredi matin par des heurts dans la capitale, notamment dans le quartier central du grand-marché où au moins une station essence Total a été vandalisée.

    Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre – les premiers jetant des pavés contre les seconds répondant par des gaz lacrymogènes – ont également été constatés par des journalistes de l’AFP.

    La veille, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) avait donné vainqueur, avec 55,75 % des voix, Mohamed Bazoum, dauphin du président sortant Mahamadou Issoufou, selon des résultats provisoires qui doivent être confirmés par la Cour constitutionnelle.

    Un “hold-up électoral”, selon l’opposition

    Avant cette annonce, l’opposition avait déjà dénoncé un “hold-up électoral” et demandé la suspension de l’annonce des résultats. Des heurts sporadiques avaient alors eu lieu à Niamey, des jeunes marchant dans les rues du centre-ville en jetant des pierres vers les forces de l’ordre.

    Aux abords du siège du parti au pouvoir où Bazoum a fait une déclaration en saluant le score d’Ousmane et en souhaitant “que nous regardions dans la même direction”, des gaz lacrymogènes avaient été tirés contre des manifestants tentant de s’en approcher.

    La nuit a ensuite été agitée dans la capitale et à Dosso, à 100 km au sud de Niamey, où des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu. À Niamey, au moins un commissariat et des boutiques de présumés proches du pouvoir ont été saccagés par des manifestants.

    À Dosso, le siège d’un parti allié au pouvoir qui avait appelé durant l’entre-deux tours à voter pour Bazoum, a été partiellement incendié durant la nuit, selon des habitants. À Zinder, aucune manifestation n’a été rapportée durant la nuit, mais un important dispositif de police était déployé en ville depuis mardi soir, selon un journaliste local.

    Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaineJe m’abonne

    La vraie réussite du scrutin dans ce pays sahélo-saharien à l’histoire marquée par les putschs et déjà confronté à de multiples défis, dont celui des attaques jihadistes, réside dans l’acceptation des résultats par toutes les parties une fois les résultats annoncés, selon de nombreux observateurs.

    Entre les deux tours, l’opposition avait déclaré qu’elle ne reconnaîtrait pas les résultats si elle les estimait entachés de fraudes. Elle avait déjà dénoncé des irrégularités lors du premier tour, mais avait été déboutée par la justice.

    Si elle avait refusé de participer à la Céni au premier tour, elle l’avait finalement rejointe pour le second. “Si l’opposition a des doutes, elle doit pouvoir disposer d’éléments de preuves” à transmettre à la Cour constitutionnelle, a relevé Mohamed Bazoum mardi soir à la presse.

    Avec AFP

    Tags:
    Recommended posts