• États-Unis: Joe Biden dévoile un plan limité pour lutter contre la violence armée
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION REGARDS2050 – TOUS LES JEUDIS A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • Rendez-vous Médiatique : Mme Geneviève LILONG (Guadeloupe) sera notre invitée – Ce dimanche 28 mars 2021 à 21H (Paris), 16H (New-York), 21H GMT.
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Dr Imhotep Vladimir Bruno Ben Moubamba sera notre invité – Ce dimanche 21 mars 2021 à 21H (Paris), 16H (New-York), 21H GMT.
  • ONU 65ème Session de la Commission de la Condition de la Femme ONG CSW65 Forum Virtuel
  • JROGERSHOW : MR BAH OURY LEADER DE L’UDRG (GUINEE) EST NOTRE INVITE – MER 17 MARS 2021 A PARTIR DE 18H30 HEURE (NEW YORK) – 23H30 GMT
  • JROGERSHOW : DR FAYA MILLIMOUNO ( BLOC LIBÉRAL GUINÉE) EST NOTRE INVITÉ – MAR 16 MARS 2021 A PARTIR DE 18H55 HEURE (NEW YORK) – 23H55 GMT
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Mme Alex Dissa (France), Mme Stéphanie Padonou, Mme Geneviève Lilong (Guadeloupe) et Zedna YENO (Montréal) seront nos invitées – Ce dimanche 14 mars 2021 à 20H GMT.
  • COTE D’IVOIRE : Décès d’Hamed Bakayoko, le Premier ministre ivoirien
  • JacquesRogerShow : ÉCOUTER LES ÉMISSIONS DE JACQUES ROGER TOUS LES JOURS A PARTIR DE 22H GMT
  • Rendez-vous Médiatique – Afrique 2050: Dr Imhotep Vladimir Bruno Ben Moubamba sera notre invité – Ce mercredi 24 Février 2021 à 19H GMT.
  • AFRIQUE2050 – ÉMISSION “SOLUTIONS” – TOUS LES VENDREDI A PARTIR DE 21H (N.Y) ET 2H DU MATIN GMT
  • DR OUSMANE DORÉ LEADER DU MOUVEMENT NATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (MND) EST NOTRE INVITÉ VEN 5 FÉVRIER 2021 A PARTIR DE 19H (NEW YORK)
  • AFRIQUE2050 REND HOMMAGE A CHÉRIF DE WASHINGTON AIDARA, CONSEILLER DU 1ER MINISTRE DE LA GUINÉE ET COLLABORATEUR DE JACQUES ROGER
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN – TOUS MARDIS A PARTIR – 21H30 (NEW YORK)
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • AFRICOM HOMESTEAD EXEMPTION A PHILADELPHIE IMMIGRES, REFUGIES AFRICAINS ET HAITIENS A PHILADELPHIE, CE PROGRAMME VOUS CONCERNE
  • COTE D’IVOIRE: Le président Ouattara déclare que Gbagbo et Blé Goudé «sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire»
  • GUINÉE: EDG suspend le contrat d’achat d’énergie avec la société de Abé Sylla : Plus de 40 employés envoyés en congés techniques
  • CPI: l’affaire Gbagbo, nouveau révélateur des faiblesses du bureau du procureur
  • ETATS UNIS : Incident au Capitole: le suspect et un policier sont décédés
  • Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé demande « pardon aux Ivoiriens » et souhaite « un geste » du gouvernement pour rentrer
  • ÉCONOMIE : Niger, Guinée, Côte d’Ivoire : trio de tête de la reprise pour la Banque mondiale
  • Etats-Unis : le Département d’Etat publie un rapport accablant sur la Guinée…
  • Côte d’Ivoire : la Cour pénale internationale confirme l’acquittement de l’ancien président Laurent Gbagbo
  • Côte d’Ivoire, le procès du massacre de Duékoué entrouvert à Abidjan
  • COTE D’IVOIRE : « Ils les ont tués comme si de rien n’était »
  • DOSSIERS/BURKINA : Contrebande de cigarettes : Appolinaire Compaoré au coeur d’un trafic à la croisée d’intérêts terroristes
  • ÉTATS-UNIS : Géorgie La loi censée rendre les élections plus « sûres » soulève un tollé
  • Congo : Guy-Brice Parfait Kolélas est bien décédé du Covid-19
  • Tanzanie : le lourd héritage de John Magufuli
  • ETATS UNIS : Biden met l’accent sur les vaccins, s’explique sur l’afflux de migrants et se projette en 2024
  • SOCIÉTÉ – COTE D’IVOIRE: « 96% des occupants du Mont Péko sont d’origine étrangère », selon un rapport du gouvernement ivoirien
  • Guinée : Nouvelle gouvernance
  • États-Unis : Trump risque l’infamie d’une deuxième procédure de destitution

    By in États-Unis share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Donald Trump pourrait se retrouver dès lundi 11 janvier sous le coup d’une seconde procédure de destitution, un développement sans précédent historique, alors qu’il ne montrait samedi 9 janvier 2021 aucun signe de vouloir démissionner.

    Donald Trump pourrait se retrouver dès lundi 11 janvier sous le coup d’une seconde procédure de destitution, un développement sans précédent historique, alors qu’il ne montrait samedi 9 janvier aucun signe de vouloir démissionner ou se mettre en retrait après les violences du 6 janvier au Capitole.

    Un texte de mise en accusation (“impeachment”), rédigé par des élus démocrates à la Chambre des représentants, reproche au président républicain d’avoir “délibérément fait des déclarations” qui ont encouragé l’invasion du bâtiment du Congrès par ses partisans.

    Réunis par Donald Trump pour manifester contre la certification par le Congrès de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, ils avaient ensuite fait irruption pendant la séance parlementaire. Des événements jamais vus à Washington et au cours desquels cinq personnes sont mortes, dont un policier.

    L’article de mise en accusation affirme aussi que Donald Trump a « gravement mis en danger la sécurité des Etats-Unis et de ses institutions de gouvernement ».

    La décision de lancer cette nouvelle procédure de destitution (“impeachment”) reviendra une fois de plus à la puissante présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi. Elle a promis d’agir si le président républicain ne démissionnait pas immédiatement. « Il est fou, déséquilibré et dangereux. Il doit partir », a-t-elle martelé, allant jusqu’à s’entretenir le chef d’Etat-major de l’armée américaine pour s’assurer que Donald Trump ne puisse pas utiliser les codes nucléaires.

    Plus isolé que jamais

    Reclus à la Maison Blanche, Donald Trump aurait fait savoir à ses proches qu’il n’avait aucune intention de démissionner, selon le New York Times samedi.

    Même dans le camp républicain, certains élus ont semblé ouverts à la possibilité d’un nouvel « impeachment ». Le sénateur Ben Sasse a ainsi affirmé qu’il examinerait les chefs d’accusation si la Chambre ouvrait une procédure de destitution.

    Sans se prononcer sur une potentielle “destitution”, une autre élue républicaine a appelé au départ de Donald Trump.

    « Je veux qu’il démissionne. Je veux le voir partir. Il a causé assez de dégâts », a déclaré la sénatrice modérée Lisa Murkowski.

    Plus isolé que jamais, alors que deux membres de son gouvernement ont démissionné, le milliardaire républicain qui s’est vu priver vendredi soir de son canal de communication favori, Twitter, n’a donné aucun signe de vouloir se faire discret.

    « Nous ne serons pas réduits au silence », a-t-il répliqué après la suspension permanente de son compte Twitter via le compte officiel POTUS (Président des Etats-Unis), à l’attention des « 75 millions de patriotes » qui ont voté pour lui.

    Donald Trump a même évoqué des représailles contre le réseau social qui “interdit la liberté d’expression” et le possible lancement de sa propre plateforme dans un futur proche, à travers une série de messages immédiatement retirés par Twitter.

    « Museler la liberté d’expression est dangereux », a appuyé samedi le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, fidèle de Donald Trump.

    Infamie d’un deuxième “impeachment

    Au pouvoir depuis 2017, Donald Trump a déjà été visé au Congrès par une infamante procédure de destitution, ouverte par Nancy Pelosi fin 2019 sous l’accusation d’avoir demandé à un pays étranger, l’Ukraine, d’enquêter sur son rival Joe Biden. Il avait été acquitté au Sénat, à majorité républicaine, début 2020.

    Pour que la nouvelle procédure de destitution aboutisse, il faudrait que le milliardaire républicain soit jugé coupable par les deux tiers du Sénat, ce qui n’a aucune chance de se produire avant la prestation de serment de son successeur Joe Biden, le 20 janvier.

    Le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, a d’ailleurs fait circuler un mémo stipulant qu’avec les règles actuelles du Sénat, aucun procès pour destitution ne pourrait avoir lieu avant l’investiture du président élu, à moins que la totalité des sénateurs n’autorisent une telle procédure.

    Reste que le lancement d’un second « impeachment », laisserait une marque indélébile sur le bilan de Donald Trump: aucun président américain n’a subi ce déshonneur.

    Le sénateur républicain Lindsey Graham, un proche de Donald Trump, a de son côté mis en garde contre une telle démarche qui risquerait de “détruire encore plus le pays”, demandant à Joe Biden d’intervenir.

    « J’espère que vous ferez usage de votre pouvoir pour arrêter ça avant qu’il soit trop tard », a-t-il ajouté, s’adressant directement à M. Biden, lors d’une intervention sur Fox News.

    Se posant en pacificateur d’un pays ébranlé par les événements du Capitole, le président élu s’est bien gardé de prendre position sur cette question de l’impeachment. C’est au Congrès de décider, a-t-il dit.

    NORMANDIE

    Tags:
    Recommended posts