• Requiem pour les alternances démocratiques en Afrique subsaharienne francophone
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • AFRICOM HOMESTEAD EXEMPTION A PHILADELPHIE IMMIGRES, REFUGIES AFRICAINS ET HAITIENS A PHILADELPHIE, CE PROGRAMME VOUS CONCERNE
  • EN EXCLUSIVITE : LE DOCTEUR JACQUES LEROUX SERA NOTRE INVITE SAMEDI 6 JUIN A PARTIR DE 13H NEW YORK – 17H GMT
  • SPORT : Maradona: l’Argentine pleure la mort de son “Dieu du football”
  • ÉCONOMIE : Le Projet USDA West Africa PRO-Cashew organise son lancement officiel
  • Côte d’Ivoire : Macron soutient Ouattara le « violeur » de la Constitution
  • Mondialisation : le « monde de l’après Covid-19 » attendra
  • DOSSIERS : D’Houphouët à Ouattara, une tour d’ivoire en héritage
  • Guinée. Au moins 50 personnes tuées en toute impunité dans des manifestations en moins d’un an
  • Côte d’Ivoire: l’usage de machettes et d’armes à feu témoigne de l’horreur des violences post-électorales , selon Amnesty International ( Communiqué)
  • Elections américaines : une transition « à l’africaine »
  • Dimanche 15 novembre, Dr Daniel MENGARA sera à 16h (heure de New-York) l’invité d’Afrique 2050.
  • OPINION : MASCARADE ELECTORALE DU 31 OCTOBRE 2020! QUEL EST LE STATUT ACTUEL DE DRAMANE?
  • Côte d’Ivoire: Faut-il vraiment brûler Kouadio Konan Bertin (KKB) ?
  • COTE D’IVOIRE : Déclaration de l’Honorable Kouadio Konan Bertin devant ses militants
  • Côte-d’Ivoire, “Création d’un Conseil National de Transition présidé par SEM Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA et de la plateforme CDRP.”
  • Les Gabonais-ses de la diaspora qui honorent leur pays d’origine.
  • Les États-Unis s’inquiètent des résultats “incohérents” de la présidentielle en Guinée
  • DIASPORA: SEM Mamadou Haidara : Plus qu’un regard: que se passe-t-il réellement avec l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire?
  • L’INTERVIEW DE MR LAURENT GBAGBO SUR TV5 MONDE – Ce qui nous attend, c’est la catastrophe et c’est pourquoi je parle.
  • OPINION: ELECTION DU 31 OCTOBRE: LA COTE D’IVOIRE VA T-ELLE VIVRE LE DRAME RWANDAIS DE 1994?
  • Mondialisation : le « monde de l’après Covid-19 » attendra

    By in Coronavirus share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    D’après le Baromètre de l’attractivité de l’Europe réalisé par le cabinet EY, les grands projets de réorganisation des chaînes d’approvisionnement sont remisés aux calendes grecques.

    En février, le déclenchement de la pandémie de Covid-19 à Wuhan, l’un des épicentres industriels de la Chine, avait créé l’émoi dans les grandes entreprises mondialisées, pour lesquelles les chaînes d’approvisionnement prenaient bien souvent les anciennes « routes de la soie ». Et si les composants électriques et électroniques, pièces automobiles, tissus ou fils pour l’industrie textile venaient à manquer, bloquant la production tout entière ?Lire la chronique : « L’épidémie de Covid-19 démontre l’inquiétante dépendance des économies occidentales à la Chine »

    Bien avant d’entraîner le confinement d’une grande partie de la planète, le nouveau coronavirus faisait souffler un grand vent de relocalisation vers les bases arrière de l’Europe, bassin méditerranéen en tête. A présent, les grands projets de réorganisation des chaînes d’approvisionnement sont remisés aux calendes grecques, à en croire le Baromètre de l’attractivité de l’Europe réalisé par le cabinet EY au cours de la seconde quinzaine d’octobre et publié jeudi 19 novembre.

    Il est vrai que l’économie chinoise est repartie à bonne allure, alors que les grands industriels européens sont encore encalminés dans la crise. Et, par temps de pétole, inutile de sortir trop de toile, au risque d’alourdir encore le navire. « On rencontre aujourd’hui un peu plus de prudence ou de réserve face à l’idée d’un grand remue-ménage des “supply chains” mondiales », concède Marc Lhermitte, associé chez EY et auteur dudit Baromètre.

    « Moins de capacités d’investissements »

    Alors qu’en avril, 83 % des dirigeants interrogés envisageaient de développer le nearshoring (délocalisation dans une région proche) vers des pays à bas coûts de l’Europe ou du bassin méditerranéen, ils n’étaient plus que 37 % en octobre. De même, l’idée, impérieuse au printemps pour 62 % d’entre eux, de réduire leur dépendance face à « des sources dominantes ou uniques » se fait bien moins pressante, puisque seulement 37 % y songent encore.Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « La crise actuelle ne remettra pas en cause l’existence des chaînes de production mondiales »

    « Il est très coûteux de défaire des chaînes d’approvisionnement mondiales, alors que les entreprises ont aujourd’hui moins de capacités d’investissements », explique M. Lhermitte. Les patrons envisagent plutôt de mettre la priorité sur l’accélération de la numérisation, la durabilité des produits et le changement climatique. En outre, l’Europe a retrouvé un peu de lustre : il y a neuf mois, 43 % jugeaient le Vieux Continent peu attractif en matière d’investissements. Ils ne sont plus aujourd’hui que 21 %, grâce, notamment, au plan de relance européen.

    Béatrice Madeline

    Tags:
    Recommended posts