• ÉTATS UNIS: Joe Biden, 46e président« La démocratie l’a emporté »
  • ETATS UNIS : Philippe Labro – « Bienvenue, Mister President ! »
  • Président Biden Le démocrate devient, à 78 ans, le plus vieux président américain à prendre ses fonctions.
  • ÉTATS UNIS : Dernière journée du président Trump à la Maison-Blanche
  • WATCH DEMOCRACY GROW IN COLLABORATION WITH OTHER DIASPORA ORGANIZATIONS 2020 ANNUAL VIRTUAL CONFERENCE – PROGRAMME DAY 4
  • AFRICOM HOMESTEAD EXEMPTION A PHILADELPHIE IMMIGRES, REFUGIES AFRICAINS ET HAITIENS A PHILADELPHIE, CE PROGRAMME VOUS CONCERNE
  • SOCIALISME : Le coup d’État de Trump et la montée du fascisme: Où va l’Amérique?
  • ÉTATS UNIS : Biden présente sa stratégie nationale contre la COVID-19
  • ETATS UNIS : Donald Trump, citoyen : son public l’aime et il aime son public
  • ÉMISSION : LA CHRONIQUE DE KOUASSI DOUGAN DU MARDI 19 JANVIER 2021 – 21H30 (NEW YORK)
  • POLITIQUE AMÉRICAINE: Trump rouvre les frontières aériennes américaines; Biden les referme aussitôt
  • COTE D’IVOIRE: Corridor routier Abidjan – Lagos: la mise en service du péage de l’autoroute de Grand-Bassam est prévue en avril
  • CORONAVIRUS : Rumeurs de décès après le vaccin contre le Covid-19 : ce qui est vrai, ce qui est faux, ce que l’on ignore encore
  • ETATS UNIS : Cent millions de doses aux États-Unis en 100 jours, «faisable» selon le Dr Fauci
  • TECHNOLOGIE : WhatsApp suspend le changement des conditions d’utilisation – Opera News Official
  • ETATS UNIS : Alors que Biden succède à Trump, que peuvent espérer les migrants?
  • SANTÉ : TOUT COMPRENDRE – LE DÉBAT SUR LE “PASSEPORT VACCINAL”
  • TECHNOLOGIE : WhatsApp : une grande émigration africaine ?
  • ÉTATS UNIS : ENTRE TRUMP ET LES RÉPUBLICAINS, MARIAGE INVIVABLE MAIS DIVORCE IMPOSSIBLE
  • Coronavirus: le point sur la pandémie
  • Coronavirus : quels sont les différents vaccins administrés dans le monde ?
  • SPORT : Al Moustapha à l’origine de la séparation de Drogba et Lalla Diakité?
  • Concertations au Mali: adoption d’une charte pour une transition de 18 mois

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    RFI – 12/09/2020

    A l’issue de trois jours de discussions, la charte de transition a été présentée ce samedi soir à Bamako.

    Des représentants du CNSP, la junte au pouvoir au Mali lors d'une réunion avec une délégation de la Cédéao, le 22 août (image d'illustration)

    Le texte adopté ce samedi à Bamako fixe la durée de la transition à 18 mois et charge un comité formé par la junte de désigner un président civil ou militaire pour diriger cette transition.

    Il prévoit aussi trois organes de transition : le président et son vice-président ; le conseil national de transition regroupant 121 personnes réparties entre le M5 (coalition de l’opposition), les partis politiques, les journalistes, la société civile, les religieux, la diaspora, les jeunes et les femmes ; et enfin un Premier ministre à la tête d’un gouvernement de 25 membres.

    Le rapporteur de la réunion désigné par la junte assure que le document est adopté de facto par acclamation. Le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, s’est félicité des travaux lors de son discours de clôture.

    Ce qui nous attend à présent est tout aussi ardu. C’est-à-dire mettre en œuvre les résolutions issues de ces assises.

    Colonel Assimi Goïta

    RFI

    A l’inverse, des responsables du mouvement de contestation M5 ont fait entendre leurs critiques. « Ce n’est pas démocratique du tout. Le rapport général a été charcuté et ne correspond pas à ce qui a été dit dans les groupes de travail », a ainsi reproché Sy Kadiatou Sow, grande figure du mouvement démocratique. Dénonçant une « volonté du CNSP de confisquer le pouvoir », l’ancienne gouverneure de Bamako et ex-ministre a déclaré : « Nous n’adhérons pas à cette charte. »PUBLICITÉ

    L’ancien Premier ministre Moussa Mara pointe pour sa part qu’ « il y a des faiblesses dans la charte, c’est incontestable » mais il estime par ailleurs qu’ « il y a un minimum pour commencer ». Parmi ces faiblesses, il relève le problème de « la relation avec la Constitution de 1992 ». « On semble maintenir, compléter la Constitution alors qu’il y a des éléments dans la charte qui la contredisent », explique-t-il. Il est également sceptique sur « la notion de vice-président et ses rapports avec le président de transition ». Autre faiblesse, selon lui : le « collège pour choisir le président, dont on ne connaît pas le contenu et au conseil de transition, dont la répartition des sièges n’est pas indiquée ». Autant d’éléments, estime-t-il, qui peuvent « créer des difficultés entre les participants ».

    Recommended posts