• L’universitaire et homme politique Américano-Gabonais Daniel MENGARA sera l’invité d’Afrique 2050 (États-Unis) et Radio PDCI-RDA (Côte-d’Ivoire) ce samedi 11 juillet pour une émission spéciale.
  • AFRICOM HOMESTEAD EXEMPTION A PHILADELPHIE IMMIGRES, REFUGIES AFRICAINS ET HAITIENS A PHILADELPHIE, CE PROGRAMME VOUS CONCERNE
  • EMISSION SCA : LE COVID 19 EST UNE REALITE EN CI – DR MELANIE USHER EST NOTRE INVITEE – JEU 02 JUILLET 2020 A 19H GMT ET 15H (NY)
  • L’HONORABLE IBRAHIMA ABE SYLLA PRESIDENT DE LA NGR-GUINEE EST NOTRE INVITE VEN 26 JUIN 2020 A 19H – SERA T’IL CANDIDAT A L’ELECTION PRESIDENTIELLE D’OCTOBRE 2020???
  • Watch Democracy Grow Webinar Series on The New World Order ushered in by Covid-19
  • Chronologie de la Côte d’Ivoire (1958-2011)
  • AHMED TIDJANE SYLLA (UFR GUINÉE) EST L’INVITÉ DE JACQUES ROGER VEN 10 JUILLET 2020 A PARTIR DE 23H GMT – 19H NEW YORK
  • Washington, DC: Registre de condoléances en ligne et à l’Ambassade pour Amadou Gon
  • L’honorable KOUADIO Konan Bertin (KKB) est l’invité de Jacques-Roger de AFRIQUE2050 ce jeudi 9 Juillet 2020 – 00H GMT – 20H NYork
  • Côte d’Ivoire : le premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly est mort
  • COMMUNIQUE : DECES SURVENU LE 15 JUIN 2020 LE LIKOUA GNAORE
  • EMISSION : HANDICAP ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT INCLUSIF – MER 08 JUILLET 2020 A 17H00 NEW YORK – 21H GMT
  • POLITIQUE : L’ombre d’Houphouët-Boigny sur la politique ivoirienne, à six mois de la présidentielle
  • M. Bernard HOUDIN (Paris) et Dr Éric ÉDI (Philadelphie) sont les invités d’Afrique 2050 (États-Unis) et Radio PDCI-RDA ce samedi 4 juillet pour une émission spéciale.
  • EMISSION : HANDICAP ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT INCLUSIF – SOLIDARITE AUX VICTIMES DES CATASTROPHES NATURELLES
  • TECHNOLOGIE : Amazon rachète à la Sénégalaise Aicha Sarr sa startup Zoox à 1 milliard US Dollar
  • Facebook cède au boycott des annonceurs et à la campagne contre la diffusion de contenus litigieux
  • GUINEE – DR FAYA MILLIMOUNO LEADER DU (BLOC LIBERAL) ACCUSE D’ETRE UN ENSEIGNANT FICTIF REPOND CE MAR 30 JUIN LUN 19 JUIN 2020 A 18H30 NEW YORK – 22H30 GMT
  • AFRIQUE – La suspension du service de la dette par le G20 aura finalement un faible impact sur l’Afrique
  • Economie Guinée : 141 millions $ de la Banque mondiale pour promouvoir l’autonomisation des femmes et lutter contre la COVID-19
  • M. IMHOTEP BRUNO MOUBAMBA, INVITÉ D’AFRIQUE 2050 (ETATS-UNIS)/ RADIO PDCI-RDA (COTE-D’IVOIRE)
  • COMMUNIQUE/ DIASPORA COTE D’IVOIRE : OPERATION D’ENROLEMENT DES ELECTEURS- PRESIDENTIELLE 2020
  • Sommet. À l’OMS, la Chine s’empresse de combler le vide laissé par les États-Unis

    By in Actualités share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Lors du sommet virtuel de l’Organisation mondiale de la santé, la Chine a accepté le principe d’une enquête internationale sur l’origine du nouveau coronavirus. De leur côté, les États-Unis brillent par leur absence et accusent l’OMS d’une “dépendance alarmante” vis-à-vis de Pékin. 

    Après s’être longtemps opposée à l’idée d’une enquête indépendante sur l’origine de la pandémie de Covid-19, la Chine en a finalement accepté le principe le 18 mai, lors de l’assemblée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) tenue virtuellement. Alors qu’une centaine de pays soutenaient cette proposition, Pékin a mis des limites strictes à son acceptation.

    Tout dépend de la nature de l’enquête : “Les calomnies de Washington selon lesquelles un laboratoire de Wuhan était à l’origine du virus ont été universellement démenties par les scientifiques ; pourtant, les États-Unis continuent de manière irrationnelle à appeler à une enquête. C’est une demande bien évidemment injuste et non scientifique que la Chine n’acceptera jamais”, explique le quotidien officiel anglophone Global Times dans un éditorial.

    Si Washington soutient cette enquête, c’est pour mieux faire oublier son incapacité à faire face à la pandémie, écrit en substance le journal, demandant aux autres pays membres de s’opposer à toute “politisation de l’organisation”.

    Pourtant, pour être rationnel, Pékin “peut-il s’opposer à la recherche scientifique sur l’origine du virus ?” demande le journal. “Non, car il est nécessaire de considérer le Covid-19 d’une manière scientifique, et de déboucher sur des mesures de prévention et sur le développement de vaccins et de médicaments.”

    Et l’éditorial de préciser qu’une enquête acceptable serait celle qui ira investiguer y compris sur les éventuelles responsabilités américaines :

    Une enquête scientifique doit être menée par l’OMS et non par un pays ou une organisation régionale. Elle doit être scientifique et impartiale. Les éléments liés à la Chine, mais aussi ceux liés aux États-Unis et aux autres pays doivent être inclus.”

    En effet, aux États-Unis, “parmi les personnes qui ont eu la grippe dans l’hiver, combien étaient des infections au nouveau coronavirus?”

    Côté américain, le New York Times souligne que le président chinois, Xi Jinping, a annoncé que Pékin donnerait 2 milliards de dollars “pour lutter contre le coronavirus” et que cette proposition n’est peut-être pas complètement désintéressée.

    La nouvelle contribution chinoise, qui sera étalée sur deux ans, “représente plus du double de ce que les États-Unis donnaient à l’OMS avant que le président Trump ne suspende le financement américain en avril dernier”, détaille le quotidien new-yorkais. Mais l’initiative est également considérée par les autorités américaines comme une “tentative de la Chine d’empêcher un examen plus approfondi visant à déterminer si elle avait caché des informations sur l’épidémie au monde entier”.À LIRE AUSSITensions. Entre la Chine et les États-Unis, une “guerre froide” sur fond de pandémie ?

    Donald Trump a refusé de participer à l’assemblée de l’OMS, mais a adressé une lettre cinglante dans laquelle il accuse l’organisation “d’une dépendance ‘alarmante’ vis-à-vis de la Chine”. Selon le Los Angeles Times, le président américain a même menacé de se retirer complètement de l’Organisation mondiale de la santé, une décision “qui ferait du dirigeant chinois, Xi Jinping, la voix la plus éminente dans la lutte mondiale contre la pandémie”.

    La stratégie de Donald Trump a en effet “constitué une opportunité pour la Chine, qui cherche à remodeler les institutions multilatérales longtemps dominées par Washington”, affirme le New York Times. Le quotidien new-yorkais cite ainsi Ryan Hass,spécialiste de la Chine à la Brookings Institution et ancien membre du Conseil de sécurité nationale du président Barack Obama, qui estime qu’un schéma familier est apparu :

    Chaque fois que Trump retire les États-Unis de la scène mondiale, Xi annonce que la Chine fera un pas en avant. Xi Jinping a fait preuve d’un opportunisme impitoyable en cherchant à exploiter l’abandon par l’Amérique du leadership mondial.”

    Tags:
    Recommended posts