• Watch Democracy Grow Webinar Series on The New World Order ushered in by Covid-19
  • Côte d’Ivoire:Voici comment Erika Duparc est devenue millionaire sans rien faire
  • Dr Hervé LINGA (membre du PDG) et M. Sylvain NDONG (Opposition) sont les invités d’Afrique 2050 (États-Unis) et Radio PDCI RDA
  • Emission: REGARDS 2050 – du 21 mai 2020 à 20h30
  • EMISSION “PATATES CHAUDES” – CE SOIR 22 MAI 2020 A PARTIR DE 18H30 GMT – 14H30 NEW YORK
  • COTE D’IVOIRE: VERS UNE LEGALISATION DE LA VIOLATION DES DROITS DE L’HOMME
  • ECONOMIE : Jeff Bezoz, premier homme à la fortune évaluée à 1000 milliards de dollars… depuis Kankan Moussa
  • La France signe l’acte de décès du Franc CFA (UEMOA)
  • Covid-19: The New York forum institute de Richard Attias réunit 5 chefs d’Etat
  • GESTION PUBLIQUE : Quatre présidents africains dénoncent l’inéquité du système économique actuel dans cette pédiode de Covid-19
  • Sommet. À l’OMS, la Chine s’empresse de combler le vide laissé par les États-Unis
  • Finance UEMOA : les Etats ont mobilisé 1173 milliards FCFA dans le cadre des émissions de bons sociaux covid-19
  • Ghana : l’échangeur à trois niveaux de Tema – Accra, financé par le Japon, est ouvert à la circulation
  • AFRICA : Denis Mukwege: Africa’s COVID-19 figures low but vigilance needed
  • USA : Schumer: Trump’s statements on hydroxychloroquine ‘is reckless, reckless, reckless’
  • EMISSION : HANDICAP ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT INCLUSIF – MER 20 MAI 2020 A 17H00 NEW YORK – 21H GMT
  • En Ethiopie, 23 euros par mois pour confectionner des vêtements Calvin Klein
  • USA : Obama reminds us what a US president should sound like
  • CORONAVIRUS: There is a cure’: California biotech company claims it’s discovered an antibody that can block ‘100%’ of coronavirus infections
  • COVID-19 : 1680 morts supplémentaires aux États-Unis en 24 h
  • USA : Economic Policy House Democrats pass $3 trillion coronavirus relief bill despite Trump’s veto threat
  • CAMEROON : Mystère.En pleine crise du Covid-19, où est passé le président camerounais ?

    By in Afrique share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Ces derniers jours, un à un, les chefs d’État africains ont pris la parole alors que l’épidémie de Covid-19 se propage dangereusement sur le continent. Mais Paul Biya, lui, reste invisible et silencieux. Une absence qui crée la polémique au Cameroun.

    Mais où est passé Paul Biya ? La question agite la scène politique au Cameroun. Alors que plus de 100 malades du Covid-19 ont été recensés dans le pays, le chef d’État camerounais reste invisible. Dans les pays voisins, tous les présidents sont montés au créneau et ont annoncé des mesures pour freiner la pandémie, mais à Yaoundé, c’est le chef du gouvernement qui s’en est chargé.

    Une absence qui a amené Maurice Kamto, l’un des principaux opposants, à publier “un communiqué incendiaire”, rapporte Camer.be. Il “vient de donner sept jours au président Paul Biya pour s’adresser aux Camerounais lui-même et leur dire quelle est la riposte contre le Covid-19” et annoncer des aides aux ménages. Sinon, le principal opposant estime que “cela pourrait conduire au constat de son incapacité à gouverner”.

    À LIRE AUSSI – Pandémie. Le coronavirus en Afrique, une “bombe prête à exploser” ?

    Cette déclaration a provoqué “l’ire du sérail en place”, relate Camer.be. “Qui êtes-vous pour donner un ultimatum à un chef d’État ? C’est honteux de vouloir utiliser le virus comme minutions politiques”, a déclaré Grégoire Owona, le ministre du Travail, cité par le site d’information.

    Président fantôme

    S’il règne sans partage depuis trente-huit ans sur le Cameroun – un record mondial de longévité, juste après celui de l’équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema –, Paul Biya est souvent un chef d’État fantôme. Il passe beaucoup de temps à l’étranger, notamment dans un palace de Genève. Selon l’ONG anticorruption OCCRP, il y a séjourné plus de quatre ans et demi en temps cumulé depuis son arrivée au pouvoir. Chaque Conseil des ministres, devenu si rare, est un événement.

    Il aime tant entretenir le mystère qu’il est souvent bien difficile de savoir où il se trouve. Mais alors qu’il a décrété la fermeture des frontières de son pays le 25 mars dernier pour lutter contre le Covid-19, il semble que cette fois-ci Paul Biya soit bien à Yaoundé, si l’on en croit les télégrammes officiels.SÉLECTION DE LA RÉDACTION

    COURRIER INTERCONTINENTAL

    Paul Biya

    Cameroun: Paul Biya n’est pas décédé mais observe un silence de mort sur le Covid-19

    ©31.03.2020 Par Anicet Simo6- sputniknews

    Alors que plusieurs Présidents africains ont multiplié les déclarations pour rassurer leur population sur le plan de riposte contre le Covid-19, Paul Biya n’a pas encore publiquement pris la parole. Un silence qui suscite la polémique dans un contexte où une rumeur, vite démentie, le donnait pour mort. Décryptage.

    Trois semaines après la confirmation du premier cas de coronavirus au Cameroun et alors que le pays frôle déjà les 200 cas testés positifs pour six morts, selon un bilan officiel, Paul Biya, n’a toujours pas effectué de déclaration publique. Si, partout ailleurs sur le continent, les chefs d’État multiplient les discours au sujet de cette pandémie, le Président camerounais, lui, reste silencieux.© AFP 2020 –«Irresponsable!»: le président de l’Assemblée nationale camerounaise enfreint la quarantaine pour se faire réélireOutré par ce mutisme, Maurice Kamto, le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et coriace adversaire du pouvoir de Yaoundé, a exigé vendredi 27 mars que le dirigeant s’adresse «aux Camerounais lui-même» dans les sept prochains jours sur la pandémie du nouveau coronavirus.

    «Dans le contexte actuel d’un grave danger pour la nation, son silence n’est pas seulement irresponsable, il devient criminel», dénonce Maurice Kamto dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

    Cette affirmation du principal challenger de Paul Biya à la dernière présidentielle, qui revendique toujours sa «victoire volée», a suscité un tollé général dans les rangs du parti au pouvoir, déportant la crise sanitaire dans le champ politique. Depuis lors, on assiste à une succession de réactions à la hauteur de l’ultimatum de l’opposant. Dans une déclaration cinglante publiée sur sa page Facebook, Grégoire Owona, secrétaire général adjoint du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), parti au pouvoir, a crié sa colère.

    «Monsieur Kamto, qui êtes-vous pour donner un ultimatum de sept jours à un chef d’État? Retenez bien que le coronavirus est un sujet trop grave et d’évolution hyper rapide, donc il est impératif et urgent de l’exclure du champ de la polémique», a-t-il décrié.

    Jacques Fame Ndongo, ministre d’État et secrétaire à la Communication du RDPC, tout en vantant les canaux de gestion modernes utilisés par Paul Biya –notamment la délégation de certaine tâches–, a tenu à préciser:

    «Le Président camerounais n’est pas un autocrate ou un potentat qui se complaît dans la gesticulation oratoire et ostentatoire. Il ne parle pas à tort et à travers en concentrant, tel le roi Ubu, tous les attributs du pouvoir», peut-on lire dans un communiqué.

    Pour Frank Essi, secrétaire général du Cameroon People’s party (CPP), si ce mutisme de Paul Biya n’est pas nouveau et est caractéristique de sa communication, l’argument brandi par Yaoundé dans le contexte actuel ne tient pas la route.

    «Quand nous écoutons ses soutiens dire que des instructions ont été prises par Paul Biya et que ce ne sont pas des apparitions ou des discours qui empêcheront la propagation du virus, c’est simplement pitoyable», relève-t-il au micro de Sputnik.

    La méthode Biya?

    Après la détection des premiers cas de Covid-19 au Cameroun, et pour limiter la propagation de la maladie, le gouvernement a élaboré le 17 mars dernier, une série de 13 recommandations allant de la fermeture des frontières à l’interdiction des regroupements de plus de 50 personnes. © AFP 2020 –Des précautions… et la prière, les Camerounais démunis face au сoronavirusLe même jour, Paul Biya, sur son compte Twitter, invitait les Camerounais à «respecter scrupuleusement les prescriptions» du gouvernement et de l’OMS. Des dispositions qui, pour André Luther Meka, communiquant du RDPC, démontrent que Paul Biya supervise les opérations.

    «Vous conviendrez avec moi qu’on ne peut fermer les frontières, les universités, les écoles, ni encore prendre en charge gratuitement les malades du Covid-19 sans les instructions du Président Paul Biya», défend le politicien au micro de Sputnik.

    Insuffisant! Clament plusieurs observateurs, comme Frank Essi qui estime que «la situation actuelle commande des mesures exceptionnelles».

    «Une communication permanente, une réactivité de tous les jours et une parole forte de Paul Biya pour insuffler la confiance», souligne l’opposant.

    Réputés taiseux, «les silences de Paul Biya» ne sont en effet plus une curiosité pour les Camerounais. Seulement, martèle Louison Essomba, politologue, «cette théorie du silence présidentiel doit très rapidement être déconstruite parce que nous sommes face à une guerre virale».

    «Le Président étant le chef des forces armées, il devait être le premier à monter au créneau pour sensibiliser les populations (…) Le silence du chef de l’État en tant que chef de famille est questionnable et même condamnable», analyse-t-il au micro de Sputnik.

    «Où est passé Paul Biya?»

    Outre la pandémie du Covid-19, mercredi 25 mars 2020, une rumeur a circulé sur les réseaux sociaux faisant état du décès de Paul Biya, 87 ans dont 37 au pouvoir. Depuis lors, le sujet alimente la polémique sur la toile, malgré le démenti formel du ministre de la Communication.

    «Le Président de la République vaque normalement à ses occupations régaliennes», avait précisé René-Emmanuel Sadi dans un communiqué.

    © PHOTO. MARCO LONGARI«Nous ne laisserons pas des bandits mettre le Cameroun à feu et à sang», Grégoire OwonaDans sa récente déclaration, Maurice Kamto, face à la persistance du silence de Paul Biya, a relancé le débat à travers une série de questionnements.

    «Où est passé monsieur Biya? Le Cameroun est-il dirigé? Si oui, par qui?», se questionne l’opposant.

    Il mentionne qu’en l’absence d’une prise de parole publique dans le délai indiqué, il se «réserve le droit d’appeler le peuple camerounais à tirer toutes les conséquences de sa (Paul Biya, ndlr) grave défaillance».

    En attendant une prise de parole publique de Paul Biya qui pourra tout trancher, la pandémie continue de faire des victimes. Dans les principales villes du pays, nombreux sont ces citoyens qui continuent leurs activités comme avant, au grand mépris des mesures gouvernementales.

    Tags:
    Recommended posts