• Watch Democracy Grow Webinar Series on The New World Order ushered in by Covid-19
  • Côte d’Ivoire:Voici comment Erika Duparc est devenue millionaire sans rien faire
  • Dr Hervé LINGA (membre du PDG) et M. Sylvain NDONG (Opposition) sont les invités d’Afrique 2050 (États-Unis) et Radio PDCI RDA
  • Emission: REGARDS 2050 – du 21 mai 2020 à 20h30
  • EMISSION “PATATES CHAUDES” – CE SOIR 22 MAI 2020 A PARTIR DE 18H30 GMT – 14H30 NEW YORK
  • COTE D’IVOIRE: VERS UNE LEGALISATION DE LA VIOLATION DES DROITS DE L’HOMME
  • ECONOMIE : Jeff Bezoz, premier homme à la fortune évaluée à 1000 milliards de dollars… depuis Kankan Moussa
  • La France signe l’acte de décès du Franc CFA (UEMOA)
  • Covid-19: The New York forum institute de Richard Attias réunit 5 chefs d’Etat
  • GESTION PUBLIQUE : Quatre présidents africains dénoncent l’inéquité du système économique actuel dans cette pédiode de Covid-19
  • Sommet. À l’OMS, la Chine s’empresse de combler le vide laissé par les États-Unis
  • Finance UEMOA : les Etats ont mobilisé 1173 milliards FCFA dans le cadre des émissions de bons sociaux covid-19
  • Ghana : l’échangeur à trois niveaux de Tema – Accra, financé par le Japon, est ouvert à la circulation
  • AFRICA : Denis Mukwege: Africa’s COVID-19 figures low but vigilance needed
  • USA : Schumer: Trump’s statements on hydroxychloroquine ‘is reckless, reckless, reckless’
  • EMISSION : HANDICAP ET PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT INCLUSIF – MER 20 MAI 2020 A 17H00 NEW YORK – 21H GMT
  • En Ethiopie, 23 euros par mois pour confectionner des vêtements Calvin Klein
  • USA : Obama reminds us what a US president should sound like
  • CORONAVIRUS: There is a cure’: California biotech company claims it’s discovered an antibody that can block ‘100%’ of coronavirus infections
  • COVID-19 : 1680 morts supplémentaires aux États-Unis en 24 h
  • USA : Economic Policy House Democrats pass $3 trillion coronavirus relief bill despite Trump’s veto threat
  • Football: La CAN 2021 au Cameroun aura lieu du 9 janvier au 6 février (CAF)

    By in Sport share share share share share share share share share share share share share share share share share share

    Publié le mercredi 15 janvier 2020  |  RFI –

    La prochaine phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2021) aura  finalement lieu au Cameroun du 9 janvier au 6 février plutôt qu’en juin-juillet. Les autorités camerounaises et la Confédération africaine de football (CAF) se sont mis d’accord sur un changement de dates, ce 15 janvier 2020 à Yaoundé, officiellement en raison de la saison des pluies dans cette région du continent.

    Retour à la case départ. Sauf grande surprise, la CAN va se disputer à nouveau lors de sa période de prédilection, en janvier/février, dès 2021, après une Coupe d’Afrique des nations organisée pour la première fois en juin-juillet, en 2019 en Égypte, ont annoncé la Confédération africaine de football (CAF) et les autorités camerounaises, ce 15 janvier 2020.

    Ce changement doit encore être validé lors de la prochaine réunion du Comité exécutif de la CAF, qui devrait avoir lieu le 6 février, en marge de la Coupe d’Afrique de futsal (28 janvier au 7 février à Laayoune).

    Les conditions climatiques mises en avant

    Officiellement, ce choix a été effectué « à la demande de la partie camerounaise » (dixit un communiqué de la CAF) et il serait dicté par les conditions météorologiques qui prévalent « en été » au Cameroun. En introduction d’une réunion conjointe, ce mercredi, le ministre des Sports et de l’éducation physique (Minsep) a en tout cas sous-entendu que la période était peu propice pour jouer au football. « Sur toute l’étendue du territoire, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, […] la période de juin à septembre – je parle sous le contrôle du directeur de la météorologie […] – correspond à la grande saison des pluies, a souligné le Professeur Narcisse Mouelle Kombi. À Douala, par exemple, durant cette période, il pleut quotidiennement ».

    Cette décision pourrait également être reconduite pour les CAN 2023 (Côte d’Ivoire) et CAN 2025 (Guinée), dans la mesure où c’est également la saison des pluies dans une bonne partie de l’Afrique de l’Ouest, à cette période de l’année. Mais il n’a pas été question des deux phases finales suivantes, à Yaoundé.

    Une demi-surprise

    Ce retour en arrière est une demi-surprise. Quelques semaines plus tôt, le président de la CAF, Ahmad, avait mis en avant un problème de météo. « En Afrique, l’été au nord du continent n’a rien à voir avec l’été au sud, a notamment rappelé le Malgache, lors d’une interview accordée à RFIIl faudrait que quelqu’un vérifie ma déclaration au symposium de Rabat au moment où nous avions annoncé une CAN à 24 équipes en juillet. J’ai toujours dit que nous devions être flexibles par rapport à la météo ».

    Le patron du foot africain s’est en tout cas montré satisfait des préparatifs pour le Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2020, du 4 au 25 avril), un tournoi réservé aux joueurs locaux, ainsi que pour la CAN 2021. « Je suis convaincu du fait que le peuple camerounais vivra cette Coupe d’Afrique dans une ferveur populaire exceptionnelle parce que la passion du football qui existe dans ce pays est unique, incomparable, inimitable, a-t-il débuté. Concernant les différents chantiers de la CAN 2021, je peux vous dire que la tendance est à l’optimisme. […] Je termine en continuant à vous encourager vivement sur cette voie positive de la bonne préparation, en vous assurant du soutien continuel de la Confédération africaine de football ».

    Des changements incessants

    Cette décision constitue en tout cas un nouvel épisode de l’incroyable roman-feuilleton de la Coupe d’Afrique des nations au Cameroun. En septembre 2014, la CAF, alors présidée par le Camerounais Issa Hayatou, avait attribué l’organisation de la CAN 2019 au pays de Samuel Eto’o. Il était alors question d’une compétition à 16 équipes en janvier/février. Mais en juillet 2017, la nouvelle direction de la CAF avait décidé que la CAN se disputerait désormais avec 24 sélections en juin-juillet.

    Les Camerounais avaient accepté ce changement majeur dans le cahier des charges. Mais, trop en retard dans les préparatifs, ils s’étaient vu retirer l’organisation de la CAN 2019 et attribuer celle de la CAN 2021 à la place. Un tournoi qui devait donc initialement se dérouler en juin/juillet… Une période à laquelle, il y aura – concurrence rédhibitoire – la toute nouvelle Coupe du monde des clubs imaginée par la Fédération internationale de football (FIFA).

    Un sérieux problème pour les joueurs ?

    Cette CAN 2021 risque de poser un cas de conscience à de nombreux joueurs africains. Par le passé, alors que la Coupe d’Afrique durait trois semaines, certains étaient déjà tentés de faire l’impasse pour ne pas froisser leurs clubs. La CAF avait d’ailleurs mis en avant cette situation pour justifier la tenue de sa compétition-phare en juin/juillet, soit après la fin des différents championnats nationaux.

    Désormais, les joueurs convoqués pour la CAN devront choisir entre leur employeur et une phase finale s’étalant sur quatre semaines. Le Sénégalais Sadio Mané, l’Égyptien Mohamed Salah, le Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang ou l’Algérien Riyad Mahrez, accepteront-ils, par exemple, de manquer plusieurs journées du championnat anglais pour disputer la CAN 2021 ?

    Tags:
    Recommended posts